Veullez patientez...

2019

LA COURSE

BONIFAZIO, LE CARTON PLEIN

L’Italien Niccolo Bonifazio n’a pas raté ses premiers coups de pédale avec sa nouvelle équipe Direct Energie, grande habituée de la Tropicale. Dès la première occasion offerte aux sprinters le lundi lors de la première étape à Moanda, il s’est imposé devant le Français Lorrenzo Manzin (Vital Concept-B&B Hotels) et André Greipel (Arkéa-Samsic). Bonifazio va ensuite gagné deux autres étapes et conservera son maillot jaune jusqu’au bout. Le sprinter italien a apprécié les routes gabonaises avec ses difficultés naturelles avant chaque arrivée qui lui a permis d’optimiser ses capacités personnelles de puncheur. Ironie du sort, le top 3 du classement final est le même que celui de la première étape après avoir évolué en cours de semaine, sauf pour la première place que Bonifazio n’a jamais quittée. Il est le premier Italien à remporter la Tropicale. 

LA TETE D’AFFICHE

QUAND GREIPEL DECOUVRE L’AFRIQUE

Arrivé au Gabon dans la peau du grand favori, André Greipel a attendu six jours pour s’imposer enfin sur la Tropicale, à Oyem lors de l’avant-dernière étape. L’Allemand de l’équipe Arkéa-Samsic a enfin pu montrer l’étendue de son talent et offrir à ses nouveaux coéquipiers une première victoire. A 36 ans, celui qu’on appelle le «Gorille de Rostock» a inscrit ainsi au Gabon sa première victoire de la saison mais aussi la 156e de sa carrière, ce qui en fait le coureur en activité le plus prolifique. L’Allemand ne s’attendait certainement pas à connaître autant de difficultés à s’imposer durant la semaine gabonaise, c’est pour cette raison qu’il était apparu soulagé après la ligne d’arrivée à Oyem.

L’INSOLITE

GIRMAY, LE PLUS JEUNE VAINQUEUR D’ETAPE A 18 ANS

Un Erythréen chasse l’autre au palmarès du coureur le plus précoce à gagner une étape de la Tropicale détenu depuis Natnael Berhane en 2011 à l’âge de 20 ans et 25 jours. Cette fois Biniam Girmay a fait mieux, à Franceville en gagnant à 18 ans et 296 jours. Il Digne héritier de Daniel Teklehaimanot présent sur cette 14e édition comme leader de l’équipe nationale d’Erythrée, le jeune coureur n’a fait complexe face aux meilleurs sprinters professionnels. Il a su attendre le bon moment pour passer sur la ligne les cadors qui ne s’étaient pas méfié de lui. Il pourra longtemps se vanter d’avoir accroché à son tableau de chasse des champions comme Greipel, Bonifazio et Manzin habitués des plus grands sprints sur les épreuves mondiales.

 

LE FAIT MARQUANT

SEPT SPRINTS EN SEPT JOURS

C’est la première fois depuis la création de la Tropicale que toutes les étapes s’achèvent par un sprint massif. Il faut dire que cette 14e édition présentait un plateau très relevé avec des sprinters ayant déjà fait leur preuve sur les grandes courses du calendrier mondial à commencer par André Greipel mais aussi Niccolo Bonifazio et Lorrenzo Manzin. Cela a eu pour effet un contrôle total de la course par leurs équipes qui n’ont laissé aucune échappée aller au bout. Toutes les victoires sont importantes et d’autant plus celles obtenues au Gabon car elles permettent de lancer la saison sur de bonnes bases

LE PALMARES

VAINQUEUR FINAL : Niccolo BONIFAZIO (Italie, Direct Energie)

CLASSEMENT PAR POINTS : Niccolo BONIFAZIO (Italie, Direct Energie)

MEILLEUR GRIMPEUR : Sirak TESFOM (Erythrée)

CLASSEMENT DES POINTS CHAUDS : Jayde JULIUS (Afrique du Sud, Pro Touch)

CLASSEMENT DES JEUNES : Dider MUNYANEZA (Rwanda)

MEILLEUR AFRICAIN : Youcef REGUIGUI (Algérie)

CLASSEMENT PAR EQUIPES : ERYTHREE

COMBATIVITE : Marco FRAPPORTI (Italie, Androni-Giocattoli)